X_ferroviaire_Bourriot_fourche_sud
Ici,les deux branches sud du "X" : à gauche vers Gabarret, à droite vers Roquefort et Mont de Marsan.
Ce n'est plus très ferroviaire !

Afficher Etat des voies ferrées en Gascogne sur une carte plus grande

Et aussi des propositions, des scénarios d'avenir qui seront soumis au débat...

Mais déjà, quelques éléments :

  • Voie Bourriot-Bergonce - Gabarret :

voie_Gabarret_Bourriot_de_Lussole_a_ex_nationale

En direction de Gabarret, entre Lussole et Bellevue. Là où la DFCI (DFCI = Défense de la Forêt Contre les Incendies) utilise la voie, l'emprise est au moins préservée.

voie_Gabarret_Bourriot_pont_ruisseau_Nauton

Un pont en direction de la gare de Bourriot-Bergonce (à moins d'1 km), sur la portion non utilisée par la DFCI mais reconnue comme parcours pour les cavaliers, les cyclistes et les piétons.

Ce pont permet de traverser un chemin en contrebas.Tout près, il y a un autre franchissement (par remblai ?) sur un ruisseau (de Nauton, de Vialote ?)...


  • Voie Bourriot-Bergonce - Roquefort :

voie_Bourriot_Roquefort_a_la_fourche
Juste après l'embranchement sud du "X" ferroviaire ; le chemin est en bon état ; trop sableux pour les cyclistes, surtout en se rapprochant de Roquefort ; à préciser : l'utilisation de cette voie dans les circuits de randonnée landais.

  • Voie Bourriot-Bergonce - Captieux :

voies_bourriot_nord

Sauf erreur, ici, à quelques centaines de mètres de "la Gare", les deux voies du nord, celle vers Captieux et celle vers Casteljaloux, étaient encore côte à côte. Les cailloux  doivent être un reste de ballast. Pas très confortable à vélo !

Et dans le sens Captieux vers "la gare" :

voie_Bourriot_Captieux03_pelerins

Où vont passer les pélerins ? Peu après, la voie est coupée. Voir l'image suivante.


voie_Bourriot_Captieux05_autoroute
Au sud de la gare du "Poteau", la voie est barrée par la nouvelle autoroute.
On est aussi dans le "fuseau à 1000m" de la LGV vers l'Espagne !
Feront-ils une passerelle qui enjambera tout ça, pour que les pélerins de Saint-Jacques (c'est sur "la Voie de Vézelay"), et aussi les randonneurs du GR, ne se cassent pas le nez ?
En tout cas, pour une reprise du trafic ferroviaire, ce sera dur !


  • Voie Bourriot-Bergonce - Casteljaloux :

voie_Bourriot_Casteljaloux_la_Tourneuve_sud

Ici, c'est à la Tourneuve, en regardant vers Bourriot-Bergonce. Puisque la DFCI s'en sert, l'emprise devrait être respectée.

Mais au départ de cette voie à Bourriot-Bergonce, la voie disparait sous la végétation. La DFCI ne l'utilise donc pas jusque là.


  • Et au milieu de tout ça, la Gare (de Bourriot-Bergonce) :

Bourriot_Bergonce_la_Gare_gare
Elle est à mi-chemin entre Bourriot et Bergonce. Autour d'elle s'était formé un village appelé "la Gare", avec un "Hôtel des Voyageurs" et un "Restaurant de la Gare"...
Le trafic voyageurs a cessé en 1937 et la gare a fermé en 1971.

Bourriot_Bergonce_la_Gare_maison3

Couple de maisons dans le village de "la Gare". La plupart des maisons du village sont, logiquement, des années 1900. La maison à gauche sur la photo parait d'une époque antérieure.




Premières conclusions (à discuter bien sûr ! cliquer sur "commentaires" en bas de l'article) 

On a, au départ de "la Gare" de Bourriot-Bergonce (que nous appellerons B-B !), quatre voies, toutes déferrées, mais dont l'emprise semble, sous réserve d'un examen plus approfondi, préservée à 80 ou 90% :

  • B-B - Gabarret : l'examen des cartes et vues aériennes montre une coupure aux alentours de Herré (à voir sur le terrain), non loin de Gabarret. Pour le reste, la voie est une route plus ou moins carrossable, et un chemin en bon état aux abords de "la Gare".
  • B-B - Roquefort : chemin sableux en bon état ; la coupure par l'autoroute semble évitée de justesse ; qu'en sera-t-il avec la LGV, qui collerait à l'autoroute juste à cet endroit ? à suivre !
  • B-B - Captieux : l'autoroute de Gascogne coupe la voie, et la LGV risque de la couper aussi ; à suivre !
  • B-B - Casteljaloux : coupures aux abords des bourgades (mais à la sortie de B-B, ce n'est peut-être qu'un envahissement végétal ; à voir sur le terrain.).

Le relief modéré des Landes permet à ces voies d'être assez droites (parfois plus droites que les routes), contrairement aux voies ferrées qui serpentent dans les côteaux de Gascogne. C'est un avantage spécifique aux voies landaises.

Un retour à l'exploitation ferroviaire semble exclu à court et moyen terme pour toutes ces voies, sauf si une "locomotive" industrielle (une implantation lourde qui intègre le chemin de fer dans son fonctionnement) le réclame. Les décisions prises de couper B-B - Captieux par l'autoroute, de construire un supermarché à la place de la gare de Casteljaloux, montrent que les décideurs n'y pensent pas du tout.

Les projets de LGV  ignorent aussi superbement les anciennes voies ferrées. Déjà qu'ils ont tendance à ignorer les voies ferrées qui fonctionnent...

Seule B-B - Roquefort serait en jonction avec une ligne ferroviaire en service : Mont-de-Marsan - Roquefort ; mais cette jonction n'est-elle pas physiquement interrompue à Roquefort ? à voir sur le terrain.

Pour préserver le long terme, il faut, à mon avis, proposer l'utilisation des quatre voies comme voies vertes, en essayant d'y additionner toutes les utilisations possibles (piste DFCI, randonnée à pied et à cheval, cyclisme en vélo ordinaire...).
Certaines voies vertes autorisent aussi les cyclomoteurs dans certaines tranches horaires. C'est à étudier (pensons aux adolescents !).
Cela suppose un compromis entre chacun de ces usages, qui appelle un type de sol particulier. Ex : terre pour les cavaliers, revêtement en enrobé roulant pour les cyclistes...

Cette addition d'usages permettrait au total un taux d'utilisation beaucoup plus fort qu'aujourd'hui, et justifierait économiquement l'entretien de l'infrastructure (remblais, ponts...), en attendant que, peut-être, un jour, des solutions ferroviaires reviennent à l'ordre du jour, par exemple en insérant nos petits tronçons de ligne dans de nouveaux axes de transport (ex : Toulouse-Bordeaux par Eauze et Gabarret...).

La construction d'une LGV à l'horizon 2020 peut-elle avoir une incidence (à part l'incidence négative de coupure des anciennes voies) ?
On parle de réactivation de la voie ferrée Mont-de-Marsan - Roquefort, de halte TER-GV à Captieux...
Tout ça est très incertain, mais il y a peut-être là une possibilité d'évolution vers un climat local plus favorable au ferroviaire et à la multimodalité en général.

Cette partie de la Lande a des atouts paysagers et touristiques : Casteljaloux a ses thermes et son lac de Clarens, Losse a ses "sites classés" de Lussole et Estampon, et les sources d'eau chaude de Mouncaut, Bourriot-Bergonce a ses circuits de randonnée... Partout, on trouve des airiaux et des parcs à moutons traditionnels.

Losse_Lussole_grange

Grange traditionnelle à Lussole

L'arrivée de trains très rapides peut se conjuguer avec une politique touristique locale, et une politique d'accueil de nouveaux résidents pour le loisir ou la retraite.

Le projet de train touristique Marmande-Casteljaloux devrait pouvoir s'articuler à une relance des voies vertes sur le "bassin" de Bourriot-Bergonce. La question se pose aussi, sur une autre ligne ferroviaire, pour l'articulation du train touristique Nérac-Mézin avec la voie verte Mézin-StPéStSimon.

Le village de "la Gare" pourrait tirer parti de sa position au coeur des quatre anciennes voies reconverties en voies de circulation d'un type nouveau.

Le site trainlandes.free.fr consacre aussi une page à la gare de Bourriot-Bergonce et à son "étoile ferroviaire", avec une suite chronologique de quatre cartes qui montre le démontage progressif de l'étoile.