La météo nous avait réservé en ce 26 mars 2011 un dernier jour de grand beau temps.

Nous avons donc repris, au sud de Castelnau d'Auzan, l'exploration de cette voie jamais achevée (les gares n'ont pas été construites - en fait il n'y en avait peut-être qu'une à construire, le seul bourg traversé étant Castelnau ; les tabliers de pont n'ont pas toujours été posés, mais il y a au moins deux ponts achevés sur la Gélise, dont celui qui est près de l'église en ruine de Mauras - voir plus bas).

 trajet1 trajet2

Cliquez sur ces cartes pour voir notre parcours (il est colorié en vert) et deviner le tracé de la voie (notre parcours a dû s'en écarter à partir du bois d'Augé).

 

Nous avons d'abord voulu revoir, entre Castelnau et le Bernès, le tronçon obstrué par la végétation et des arbres tombés. Ce tronçon est en partie en tranchée (le mot à utiliser doit être "déblai", le contraire de "remblai").

Le passage est toujours obstrué. L'un de nous a parlé à un propriétaire de ce tronçon qui y était justement au travail. La SNCF lui a vendu l'emprise il y a une quinzaine d'années.

Depuis le Bernès jusqu'à l'église de Mauras, l'ancienne voie est plus ou moins praticable, parfois sur le remblai, parfois à côté quand celui-ci est impraticable. Il est impraticable notamment en deux sites où des ponts n'ont pas été pourvus de tablier.

DCP_2727

La voie devait passer sur ce pont dont le tablier n'a pas été posé. Le chemin que nous voyons devait croiser la voie. C'est à hauteur de Pédeblanque.


DCP_2742

Le pont sur la Gélise entre Castelnau et Eauze, près de l'église ruinée de Mauras. A partir de ce pont en allant vers Eauze, sur un peu moins de 2 km, la voie passe dans la commune de Parleboscq, département des Landes, avant d'entrer dans la commune d'Eauze, département du Gers.

Parleboscq_gleisa_Mauras

L'église de Mauras

DSC00163DSC00164DSC00165

A partir de l'église de Mauras, la voie est de moins en moins praticable, parfois perdue dans des champs labourés, parfois envahie par la végétation (mais dans ce cas, il y a parfois un chemin qui la longe).

 

Conclusions de cette étape :

  • Pour une voie qui n'a jamais été achevée, il y a de beaux restes (ponts en très bon état...).
  • Le passage est parfois coupé pour les promeneurs, soit par des arbres tombés, soit par une végétation envahissant le remblai, soit par des ponts sans tablier, soit par des champs labourés ; il est plus ou moins facile de contourner l'obstacle ; il vaut mieux être à pied, ou à VTT.
  • L'emprise de la voie a été privatisée, mais nous n'avons pas vu de constructions dessus (à l'entrée nord de Castelnau d'Auzan, que nous avions explorée précédemment, il y avait du bâti sur la voie, mais facilement coutournable).
  • Un tronçon de près de 2 km est dans le département des Landes, région Aquitaine, alors que le reste est dans le département du Gers, région Midi-Pyrénées. Source possible de complications dans la perspective d'une voie verte ?
  • Le paysage est bucolique à souhait, sans fausses notes. Idéal pour du tourisme vert.

 

Voir aussi l'album photo de la voie Gabarret-Eauze.

La prochaine exploration devrait avoir lieu sur La Tourneuve - Bourriot-Bergonce, peut-être dans la deuxième quinzaine d'avril. Contactez-nous si vous voulez être tenu au courant !

Mais nous finirons un jour Gabarret-Eauze (en reprenant depuis le ruisseau de Tréou ?) !